Back to Newsletter Archive

PULSATION
Bulletin de l’Association canadienne des industries du recyclage
Volume 16, No. 10 octobre 2010

MESSAGE DU PRÉSIDENT | MEMBRES DE L'ACIR | ELIMIMERCURE | EN BREF


MESSAGE DU PRÉSIDENT

Trop souvent, nous sommes tellement prisonniers d’une routine aussi quotidienne que nécessaire, dont l’objectif est de diriger nos entreprises de recyclage, que nous notons à peine le rôle que joue l’ACIR en notre nom. Plus précisément, je fais référence aux activités de promotion et de défense des intérêts de notre industrie.

Notre directeur exécutif est non seulement le porte-parole officiel reconnu par notre Conseil d’administration en ce qui touche les relations avec les médias, il est également inscrit à titre de lobbyiste en vertu de la Loi sur le lobbying. Deux fois par année, il doit préparer et produire un rapport au bureau du Commissaire au lobbying du Canada, afin de décrire les activités de lobbying auxquelles il s’est livré au nom de l’industrie au cours des six mois précédents. Les questions qui nous préoccupent ainsi que les positions que nous avançons peuvent alors être connues par la population.

Franchement, ceci ne nous inquiète pas. Peu importe la question, notre message est toujours basé sur les sept thèmes approuvés par le Conseil d’administration:

  • Les matières recyclables ne sont pas des déchets
  • Les gouvernements devraient mettre l’accent sur la croissance de la demande pour les produits recyclés et non sur la collecte des matières recyclables
  • Les lois et règlements devraient être simples, distinguer les matières recyclables des déchets, éviter les chevauchements entre paliers de gouvernement et appuyer le libre-échange
  • Le Canada devrait se doter d’une politique nationale du recyclage
  • Le recyclage crée des emplois
  • Le recyclage est une industrie véritablement durable
  • Le recyclage est une solution écosympathique

Pour l’essentiel, nous disons à qui veut bien l’entendre que notre industrie a un impact positif, sur les plans économique aussi bien qu’environnemental. Toutefois, notre secteur est souvent méconnu de sorte que nos intérêts peuvent être ignorés dans le cadre de mesures législatives ou règlementaires conçues pour d’autres industries. Une grande vigilance est nécessaire afin d’éviter des situations de ce genre comme, par exemple, dans les dossiers du Bureau général de la supervision de la qualité, de l’inspection et de la quarantaine (AQSIQ) et du CCIC chinois, des normes américaines, du transport ferroviaire et routier (North America Cargo Securement Standard), de la sécurité (au travail, rayonnement, explosifs), des vols de métaux, des matières dangereuses (BPC, réfrigérants, mercure), ainsi que des programmes de responsabilité élargie (rebuts électroniques, véhicules).

Bien que les membres de l’ACIR ignorent souvent cette partie du rôle de notre Association, ces activités sont d’une grande importance pour toutes les entreprises, de la plus grande à la plus petite. N’hésitez pas à communiquer avec l’ACIR si vous avez des questions sur nos positions, peu importe quelles sont vos préoccupations. Comme notre industrie touche à un large éventail de sujets, nous vous saurions gré de nous prévenir lorsqu’une question d’intérêt est portée à votre attention.

Le président de l'ACIR,
Bertrand Van Dorpe

MEMBRE DE L'ACIR

La société membre GEEP a récemment fait l’annonce qu’elle avait conclu un accord de partenariat avec l’entreprise mexicaine ProAmb. La co-entreprise ProAmbi GEEP Mexico, basée dans la ville de Mexico, compte mettre en œuvre des projets d’expansion à l’échelle nationale au cours des deux prochaines années.


Visitez le site www.cowangroup.ca/cari-07 pour en savoir davantage.

 

ÉLIMIMERCURE

Le programme ÉlimiMercure tiendra une grande collecte durant le mois d’octobre. N’oubliez pas de retourner votre contenant de collecte avant la fin du mois, même s’il ne contient qu’un seul interrupteur au mercure.
Vers la fin septembre, les entreprises participantes au programme ÉlimiMercure ont reçu un nouveau contenant de collecte. Assurez-vous d’utiliser votre lettre de transport prépayé de Purolator afin de retourner votre vieux contenant de collecte avant la fin octobre.

L’Association canadienne des producteurs d’acier a adopté une politique d’approvisionnement « zéro mercure » qui touche toutes les entreprises actives dans la chaîne d’approvisionnement de l’acier, y compris les recycleurs et les démonteurs d’automobiles de même que les entreprises qui compressent et déchiquettent les épaves de véhicules. Les acheteurs d’acier pourront dorénavant consulter une liste afin d’établir si votre entreprise peut vendre de la ferraille en conformité avec la nouvelle politique. Certains acheteurs ont déjà commencé à mettre cette politique en oeuvre en faisant parvenir des lettres à ceux de leurs fournisseurs qui ne participent pas au programme ÉlimiMercure ou encore qui y sont inscrits mais qui n’y ont pas participé activement au cours des 12 derniers mois. En participant à la grande collecte du mois d’octobre, vous ferez en sorte que votre entreprise restera inscrite sur la liste des participants au programme ÉlimiMercure qui apparaît sur le site web du programme à l’adresse http://www.switchout.ca/french/participating-recyclers/list-of-recyclers/index.aspx .

Si vous avez des questions au sujet de la grande collecte, veuillez communiquer avec Caroline Sturk par courriel à l’adresse csturk [at] summerhillgroup.ca ou par téléphone au (416) 922-2448 poste 286.

EN BREF

  • L’organisme Automotive Recyclers of Canada a récemment annoncé le retour de deux programmes : « Recyclez votre voiture » de Ford Canada et « Des gros sous pour votre bazou » de GM. Ceux deux programmes offrent des incitatifs à l’achat d’un nouveau véhicule lorsqu’un modèle datant de 2005 ou d’une année précédente est offert à un concessionnaire participant, en autant que le véhicule soit en état de fonctionnement.
  • L’organisation International Chamber of Shipping (ICS), laquelle représente de nombreux armateurs de navires porte-conteneurs et de vraquiers, propose l’imposition aux expéditeurs d’une surcharge liée au prix du mazout. Comme c’était le cas pour la taxe sur le carbone imposée par la Colombie-Britannique aux expéditeurs de fret par chemin de fer, la surcharge vise à recouvrer les coûts rattachés aux mesures d’atténuation des dommages environnementaux. L’Association canadienne de transport industriel (ACTI), qui est le représentant canadien auprès du Global Shippers' Forum, exercera des pressions contre cette proposition lorsqu’elle sera discutée dans le cadre des travaux de l’Organisation maritime internationale des Nations-Unies en juillet prochain.
  • Un échange portant sur l’examen du transport ferroviaire des marchandises a récemment eu lieu à la Chambre des communes entre l’honorable Ralph Goodale et l’honorable Denis Lebel. M. Goodale a questionné le ministre des transports au sujet de cet examen qui dure depuis un an et qui affirmait que les expéditeurs « recevaient un service coûteux et très mauvais des compagnies ferroviaires et estimaient qu’une nouvelle loi était nécessaire en vue de faire respecter les contrats qui les lient aux transporteurs ferroviaires ». Le ministre a répondu que le gouvernement avait annoncé une stratégie globale en réponse aux conclusions de l’examen, et a ajouté qu’il nommerait bientôt un facilitateur en vue de lancer officiellement le processus d’examen.
  • Environnement Canada a mis à jour son répertoire des programmes de responsabilité élargie des producteurs (REP) et de gérance des produits. Le répertoire en ligne indique quels produits sont inclus dans chaque programme, comment les produits sont collectés et si des frais ou des politiques s’appliquent auxdits programmes. Visitez le site http://www.ec.gc.ca/gdd-mw/default.asp?lang=Fr&n=9FB94989-1 pour consulter le répertoire.
  • Une alliance d’entreprises, de producteurs et d’associations industrielles a mis sur pied la Product Management Alliance, une organisation qui fait la promotion de solutions de libre marché, à la place des initiatives de l’État, en matière de responsabilité élargie des producteurs (REP). Les membres de l’Alliance sont inquiets du fait que les politiques gouvernementales qui imposent la REP en font passer le fardeau financier aux producteurs. L’Alliance appuiera publiquement le recours au libre marché en matière de REP, les incitatifs volontaires en vue d’encourager les efforts de récupération de même que la conception durable des produits et des emballages. Les membres comprennent des représentants des industries du tapis, de l’électronique, des jouets, du papier, des matériaux d’emballage et de transport, du matelas, des plastiques, ainsi que des produits pharmaceutiques et d’hygiène personnelle.
  • Le Comité de l’environnement du Parlement européen étudie un projet de recommandation en vue de modifier la Directive de l’Union européenne relative aux déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE). La nouvelle directive haussera les cibles de collecte au sein des États membres. Elles passeront de quatre kilogrammes par personne à un taux de recyclage des DEEE de 85 % d’ici 2016. Toutefois, le Conseil des ministres de l’UE préférerait une cible de 65 % qui ne serait appliquée que huit ans après l’entrée en vigueur de la directive.
  • Depuis qu’elle a commencé à imposer des frais de recyclage pour les matelas au début de l’année, la ville de Vancouver a noté une augmentation de cas où des matelas et des sommiers ont été abandonnés de façon sauvage dans les ruelles et les rues transversales. Avant que ces frais ne soient imposés, la ville a collecté de quelque 1 500 matelas abandonnés par année. Ce nombre atteint maintenant 5 000 et l’année n’est pas terminée.
  • La division des produits électroniques de l’ISRI a approuvé des modifications aux spécifications s’appliquant à cinq catégories de rebuts électroniques. On a proposé de nouvelles lignes directrices relatives au traitement des rebuts électroniques pour en séparer l’aluminium, la ferraille, le fer blanc, les fragments de fer et les circuits imprimés au moyen des courants de Foucault. Les lignes directrices seront présentées au Conseil d’administration pour son approbation le 20 octobre prochain.
  • Cet automne, le gouvernement de la Colombie-Britannique prévoit déposer un projet de loi visant à lutter contre les vols de métaux. La nouvelle loi vise en partie à répondre à la vague de vols de câble de cuivre provenant de sous-stations électriques et de poteaux téléphoniques, ce qui a causé des pannes de courant et de service téléphonique. On ne connaît pas encore les détails du projet de loi mais le Solliciteur général de la province a indiqué que le gouvernement voulait avoir la capacité de contrôler les ventes de métaux sur le territoire britanno-colombien.

 

Google
 

Canadian Association of Recycling Industries(CARI-ACIR)
Association Canadienne Des Industries du Recyclage
682 Monarch Ave. Unit 1
Ajax, Ontario
Canada L1S 4S2
Tel: 905 426-9313
Fax: 905 426-9314
Contact: Donna Turner



File No.: 410